Détenteur d’un vaste territoire comportant le Berry, l’Auvergne, le Poitou, l’Angoumois et la Saintonge, Jean de France, duc de Berry (Vincennes 1340 – Paris 1416) déploya une infatigable activité de constructeur.
Frère de Charles V, Jean de Berry (dit le Magnifique) était ouvert à toutes les formes d’expression artistique.
Utilisant les services des architectes de l’équipe de Raymond du Temple, il aménage notamment le château de Mehun-sur-Yèvre où, aux lignes strictes de l’architecture militaire, il superpose des éléments du gothique flamboyant.
Malgré la petite taille du château, le duc entreprend d’y conserver une grande part de ses collections.
Pour se faire une idée de ces prodigieuses collections, aujourd’hui en grande partie perdus (à l’exception des manuscrits), il nous reste les inventaires.
Le plus ancien conservé fut établi entre 1401 et 1403 ; Robinet d’Estampes en rédigea un en 1413 ; le dernier inventaire établi par Jean Lebourne en 1416 pour liquider la succession du défunt duc donne l’état final de la collection comportant 1335 articles.
En effet, au cours de sa longue existence, il commanda ou se procura les objets les plus divers ou les plus beaux : manuscrits, tapisseries, pièces d’orfèvrerie, médailles, pierres précieuses, pierres dures et camées…

Pendant plus quarante ans, le duc a acheté, emprunté, reçu en don et donné à son tour, notamment à la Sainte-Chapelle de Bourges.
Celle-ci devait apparaître comme une preuve de son appartenance à la lignée royale de Saint-Louis mais aussi la conclusion d’un projet majeur, celui de faire de Bourges une capitale artistique et politique.
L’avenir politique et dynastique du duché de Berry est compromis à la mort prématurée, en 1397, du fils de Jean de Berry. Manifeste de la puissance ducale, la Sainte-Chapelle de Bourges prend alors une nouvelle signification, commémorative, quand le duc annonce sa volonté d’y être inhumé.

Le duc réussit à attirer quelques-uns des plus grands artistes de son temps tels l’architecte Guy de Dammartin et le sculpteur André Beauneveu mais se fournit également auprès des artistes ou des marchands parisiens.
Avec une proportion notable de manuscrits au riche décor enluminé, la librairie du duc de Berry s’apparentait à celle de Charles V avec cependant un moins grand souci intellectuel.
Jean de Berry eut un goût décidé pour Jean Pucelle, grand miniaturiste des années 1320 dont il employa le disciple privilégié, Jean Le Noir.
On le sait commanditaire de six livres d’heures, exécutés selon ses instructions : Les Petites Heures de Jean de Berry, commandé à Jean Le Noir et Jacquemart de Hesdin, Les Très Belles Heures de Notre-Dame, Les Très Belles Heures du duc de Berry, Les Grandes Heures du duc de Berry, réalisées par Jacquemart de Hesdin, puis Les Belles Heures du duc de Berry par les frères de Limbourg et enfin, le plus célèbre d’entre eux : Les Très Riches Heures du duc de Berry commandées encore une fois aux frères de Limbourg. Mais leur décès et celui de leur commanditaire en 1416 laissent le manuscrit inachevé.

Grandes heures de Jean de Berry La Descente aux limbes, Jaquemart de Hesdin, 1409 Paris BNF Lat. 919

Les Très Riches Heures Le mois d’août, Les Frères Limbourg, Paris vers 1411-1415, Chantilly Musée Condée

Jean de Berry pratiqua une politique de mécénat actif, se révéla découvreur de talent et connaisseur innovant, suscitant la création de nouveaux types de bijoux ou de joyaux. Il sut plier les artistes à ses goûts, les détournant, au besoin, de leur champ d’activité habituel pour les atteler à des tâches insolites.
L’activité de bâtisseur de Jean de Berry se manifeste dans et autour de Paris mais aussi à travers les édifices qu’il fait construire à Bourges, à Poitiers et à Mehun.
Par son goût exigeant, sa recherche insatiable des meilleurs artistes, de Jaquemart de Hesdin aux Frères Limbourg, Jean de Berry a contribué, pour une part décisive au renouvellement de l’art de son temps.

___________________________________

Sources:

_ Paris 1400. Les arts sous Charles VI, catalogue d’exposition, Fayard-Réunion des musées nationaux, Paris, 2004

_ Une fondation disparue de Jean de France, duc de Berry. La Sainte-Chapelle de Bourges, catalogue d’exposition, Somogy, Paris, 2004